Une histoire de famille

Les origines

Peu après la Première Guerre mondiale, Eugène Fuchs quitte Saint-Chamond et son étude de notaire pour s’installer avec sa famille dans les terres ensoleillées du pays de Grasse. Entrepreneur dans l’âme conquis par la magie du parfum, il décide de créer sa propre entreprise et fait l’acquisition de deux parfumeries grassoises : Cresp-Martinenq et Muraour. Ainsi en 1926, la Parfumerie Fragonard voit le jour. Eugène Fuchs décide de rendre hommage à l’enfant le plus célèbre de la ville de Grasse : le peintre Jean-Honoré Fragonard (1732-1806). Le choix du nom de Fragonard est également motivé par une volonté de remercier la ville qui l’a accueilli avec sa famille et d’associer sa parfumerie au raffinement des arts du XVIIIsiècle. Par ailleurs, le peintre du roi Louis XV n’est autre que le fils d’un gantier parfumeur grassois : François Fragonard. Ce choix marque ainsi le désir d’inscrire son activité dans le respect des traditions et l’histoire de la ville de Grasse. Tannerie au XVIIIe siècle, puis parfumerie au siècle suivant, l’usine acquise par la famille Fuchs perpétue la fabrication de parfums et connaît bientôt un nouvel essor.

Eugène Fuchs, initiateur de la visite des ateliers de fabrication

Dans l’entre-deux-guerres, la Côte d’Azur devient un haut lieu du divertissement. Les rives de Monaco à Cannes sont colonisées par une nouvelle population d’artistes, musiciens, écrivains, couturiers, peintres et dandys qui s’amusent au rythme des Années folles. Le jazz fait son apparition et bientôt, les Américains, fous de cette magnifique région, la surnomment the French Riviera et participent à sa future notoriété. Pendant leur séjour azuréen, ces nouveaux touristes font une détour par Grasse pour s’approvisionner en parfum. C’est ainsi qu’Eugène Fuchs imagine un concept totalement nouveau. Il propose à ses clients fidèles de visiter les ateliers de fabrication de l’usine. La vente directe de produits parfumés agrémentée de la visite de l’usine rencontre un vif succès auprès des touristes venus découvrir les charmes de la Riviera.

De pères en fils, une parfumerie familiale

En 1929, Eugène Fuchs passe la main de son entreprise à son fils Georges et son gendre François Costa. Les deux beaux-frères se partagent la tâche, François à Grasse et Georges à l’étranger, et font prospérer la Maison dans le négoce de matières premières et compositions à façon.

Avant que le conflit n’éclate en 1939, Georges Fuchs avait amorcé une relation commerciale avec Elizabeth Arden, femme d’affaires à la tête d’une société spécialisée dans l’industrie cosmétique. Dès l’été 1947, les livraisons ont repris et la nécessité d’ouvrir un bureau Outre-Atlantique s’est rapidement fait ressentir :
« Continental Perfumers Inc. » voit ainsi le jour. Le parfum Blue Grass est indéniablement la meilleure vente auprès de cette firme américaine.

En 1939, Jean-François Costa fils de François et d’Emilie Costa, rejoint l’entreprise. Après des années à l’étranger, il rentre à Grasse à la fin des années 1950 pour reprendre la place de son père, laissant à son cousin Patrick, le bonheur de travailler au développement des ventes de compositions.

De parfumeur à collectionneur

De retour à Grasse, Jean-François Costa engage la modernisation de l’entreprise. Grand amateur d’art, il réunit dès le début des années 1960 ses collections d’objets liés à l’histoire de la parfumerie pour donner naissance au premier Musée du Parfum à Grasse en 1975 et à deux musées parisiens. Une initiative qui contribue à la prospérité déjà florissante de Fragonard tout en lui apportant une dimension culturelle, depuis enrichie par le Musée Provençal du Costume et du Bijou en 1997, le Musée Jean-Honoré Fragonard à Grasse inauguré en 2011 et par le Musée du Parfum Opéra à Paris qui a ouvert ses portes en 2015.

Anne, Agnès et Françoise Costa, une maison qui se conjugue au féminin

Les trois filles de Jean-François Costa : Anne, Agnès et Françoise, ne se prédestinaient pas au départ à rejoindre l’entreprise familiale. Baignées dès leur plus tendre enfance dans l’univers du parfum, elles s’engagent vers d’autres horizons. Anne est diplômée de la faculté de médecine. Après des études de droit à Paris, Agnès se passionne pour le marketing et la publicité. Françoise, quant à elle, fait des études d’économie à l’European Business School de Paris, Londres et Madrid.

Aujourd’hui dirigeantes et soucieuses, comme les générations précédentes, d’apporter leur pierre à l’édifice de l’entreprise et de s’adapter à de nouveaux modes de vie, elles développent Fragonard en tant que signature d’un certain art de vivre dépassant les frontières du parfum. Une vingtaine de boutiques servent d’écrin, en France et depuis 2015 à Milan, à des collections exclusives et sans cesse renouvelées où cohabitent en harmonie des objets décoratifs pour la maison, de la mode, des accessoires et bijoux, affirmant un goût prononcé pour les voyages, les savoir-faire ancestraux, et une joie de vivre haute en couleur.